Faut-il se faire mal pour progresser en musculation ?

Faut-il réellement souffrir pour progresser en musculation ? Certains vous diront peut-être qu’il est nécessaire de sortir de sa séance complètement à plat et congestionné de partout, avec des douleurs dans tout le corps. Mais est-ce vraiment la bonne solution pour obtenir des résultats en musculation ? Quels sont les risques encourus si vous allez trop loin ? Comment modérer la douleur et établir ses limites ? Découvrez toutes les réponses !

Augmenter la difficulté pour progresser en musculation

Que vous souhaitiez perdre du gras ou prendre de la masse musculaire, il faut garder en tête un point essentiel. Pour progresser, vous devrez régulièrement sortir de votre zone de confort. Qu’est-ce que cela veut dire ? La zone de confort est en quelque sorte votre refuge. Celui dans lequel vous ne vous sentez pas en danger ou mis à l’épreuve. Il est donc plutôt agréable de rester dans cette zone de confort.

 

Pourtant, celle-ci pourrait être la cause de votre stagnation en musculation. Vos muscles, et votre corps de manière générale, s’habituent à la charge que vous soulevez et aux exercices que vous effectuez. Une fois votre corps familiarisé avec ce niveau de difficulté, votre corps va se reposer sur ses acquis et ne va donc pas produire de nouveaux résultats. Il est donc primordial d’augmenter le niveau de difficulté de vos séances régulièrement. Ajoutez par exemple du poids en plus sur votre barre, intensifiez l’exercice en réduisant le temps d’exécution, ajoutez des répétitions, voire des séries… Il existe de nombreux moyens pour monter le niveau de ses séances de musculation. Cette stimulation va permettre à votre corps de créer de nouveaux tissus musculaires, ce qui fera grossir votre muscle.

 

Il n’est pas nécessaire d’accroître la difficulté des exercices de musculation à chaque séance. Il faut laisser le corps s’habituer au nouveau traumatisme que vous lui faites subir. Généralement, l’intensification de la difficulté d’un programme de musculation s’effectue toutes les 3 à 4 semaines en fonction de votre niveau. Bien sûr, augmentez la difficulté progressivement et de façon réaliste. Cela vous permettra de garder la motivation tout au long de votre programme. Si vous souhaitez obtenir des résultats notables et progresser en musculation, il vous faudra bel et bien sortir de votre zone de confort, ce qui ne se fait pas sans provoquer quelques douleurs corporelles.

 

Savoir écouter son corps pour progresser en musculation

Nous avons mentionné le mot « traumatisme ». Oui, mais pas n’importe quel traumatisme. La notion de traumatisme en musculation désigne le choc imposé aux muscles par un effort inédit. Cet effort peut être inédit de par le mouvement exécuté, qui sollicite un muscle n’ayant pas l’habitude d’être travaillé. Mais il peut aussi être inédit par rapport à la charge imposée durant le mouvement.

 

Prenons l’exemple des squats pour illustrer ce propos. Vous avez l’habitude de soulever en squat votre barre chargée à 20 kg. Ajouter 10 kg de plus complexifiera le mouvement et le rendra inédit pour votre corps, qui n’a pas encore l’habitude de soulever 30 kg en squat.

 

Si vous n’avez jamais fait de squat, les premiers que vous exécuterez seront également un moyen de sortir de votre zone de confort, en imposant à votre corps ce nouveau mouvement. Ici, non seulement la charge sera nouvelle, mais le mouvement aussi. D’ailleurs, lorsque vous effectuez un nouveau mouvement, il est important de se concentrer sur l’exactitude de son exécution et non pas de chercher à soulever lourd dès le début.

 

L’essentiel est d’écouter votre corps et sentir les limites que vous ne pourrez pas dépasser, non pas mentalement, mais physiquement. Cette limite doit être celle où vous n’êtes plus capable d’effectuer l’exercice correctement. Même si vous n’ajoutez qu’une répétition de plus, ce sera toujours efficace, car vous serez dans la progression et non dans la stagnation.

 

Le mental est certes très important et vous aidera grandement à vous dépasser et atteindre vos objectifs. Mais n’oubliez pas que c’est votre corps qui aura le dernier mot. Soyez donc attentif à vos ressentis. Toute douleur articulaire, provenant des tendons, ligaments ou cartilage doit vous alerter et n’est pas normale. Bien souvent, ces douleurs proviennent d’une mauvaise exécution des exercices.

 

Quant aux courbatures, il ne faut pas les négliger. Des micro-déchirures musculaires peuvent être engendrées par une séance de musculation trop intense. Dans ce cas, il est impératif de laisser votre corps au repos et de ne surtout pas enchaîner avec une séance de musculation intense. Patientez jusqu’à ce que la douleur disparaisse pour reprendre votre entraînement.  

 

Forcer sur son corps : les risques encourus

Nous avons commencé à en parler, les douleurs corporelles doivent vous alerter. Continuer votre séance alors que vous ressentez des douleurs ligamentaires pourrait causer la rupture partielle ou totale de vos ligaments. Même cas de figure si vous forcez sur vos courbatures : vous pourriez causer une déchirure musculaire, qui serait alors bien plus douloureuse et longue à guérir.

 

Outre les dommages corporels, forcer sur votre corps générerait également des impacts psychologiques. Le premier est le manque de motivation. Considérer la musculation comme une torture ne fera que vous démotiver au bout de quelques séances. Par ailleurs, vous risqueriez de créer un sentiment d’appréhension, voire de peur à cause des douleurs à répétition que vous vous infligerez. Nous l’avons dit plus haut, votre corps vous parle. Et si vous éprouvez ce dernier, vous ne créerez pas de sentiment positif dans votre cerveau, bien au contraire. Vous inculquerez la musculation comme un traumatisme permanent, ce qui n’est pas le but de cette pratique sportive.

 

Forcer sur son corps en musculation provoque ainsi des risques de blessures pouvant être graves ainsi que des impacts psychologiques qui peuvent vous dégoûter complètement de la musculation.   

 

Utiliser du matériel adapté pour progresser en musculation

Bien sûr, faire de la musculation en salle et chez soi n’offre pas les mêmes possibilités pour sortir de votre zone de confort. Alors que les équipements de la salle de sport vous donnent l’embarras du choix, la musculation à la maison peut être assez restreinte. Pour remédier à cela, nous vous conseillons de vous équiper un minimum afin de pouvoir complexifier progressivement vos séances et observer des résultats.

 

Les bandes de résistance sont par exemple un excellent moyen d’intensifier un exercice. Les élastiques de musculation peuvent être utilisés pour toutes vos séances, que ce soit bas du corps ou haut du corps.

 

Bien entendu, les haltères sont indispensables pour progresser en musculation et voir des résultats. Il existe d’ailleurs des haltères réglables vous permettant de changer le poids sans collectionner les paires d’haltères dans votre salon. Vous pourrez facilement augmenter la charge, comme nous l’avons dit précédemment, afin de sortir de votre zone de confort.

 

Il existe bien d’autres équipements pouvant vous aider à effectuer des séances de musculation intenses et productives.

 

En conclusion, se faire mal pour progresser en musculation est un concept à nuancer. Sortir de sa zone de confort pour « choquer » ses muscles ? Oui. Forcer sur son corps et ne pas prendre en compte ses douleurs ? Non. Cela provoque à coup sûr des impacts physiques et mentaux vous empêchant de progresser par la suite. Un bon équipement vous aidera enfin à progresser en musculation, rendant vos séances plus intenses.

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi January February March April May June July August September October November December